Promouvoir le libre sous toutes ses formes

Apéro Robot – 2ème partie : les brestois aussi animent les robots

Par
0

Bâtiment X du lycée Vauban, le mardi 6/10/2015, 18h30. C’est l’heure de l’apéro, nous grignotons des chips et des cacahuètes. Et alors ? Quel rapport avec le libre ? Tout d’abord, vous remarquerez que ceux qui parlent ne sont pas tous des humains. Quatre robots humanoïdes participent aux discussions : InMoov, Nao bleu, Nao orange et Poppy. Ensuite, ce moment convivial rassemble une cinquantaines d’humains venus pour échanger sur le thème des communs, du libre, de l’open-source, de la fabrication numérique, de l’intelligence artificielle et de la robotique. Bienvenus à l’apéro robots de Brest en Biens Communs !

WP_20151006_036 (2)

Après la présentation d’InMoov par son créateur (Gaël Langevin), les brestois ont investi la scène pour présenter leurs projets. Les petits Nao ont beau être… petits, ils n’en restent pas moins très réussis esthétiquement (avis partagé par les connaisseurs présents). Le premier à attirer l’attention est un Nao bleu. Il est venu avec Monique Algoualc’h du Dispositif Relais Rive Droite. Qu’est ce qu’un dispositif relais au juste ? Il s’agit d’un lieu d’accueil de collégiens décrocheurs : bien-être, liens sociaux favorisés, méthodes pédagogiques adaptées,… l’objectif est de voir les élèves retrouver leur place dans le cursus classique. A Recouvrance (rive droite de la Penfeld), l’une des idées maîtresses est de redonner confiance aux élèves : ils savent faire des choses et peuvent les transmettre. Depuis 2003, les ateliers Intergnér@tions permettent de révéler ce rôle valorisant puisque les jeunes apprennent aux aînés de la résidence Louise Le Roux (pas très loin à pied) à utiliser les outils de communication numérique (envoyer un mail ou tweeter, par exemple).

WP_20151006_024

Monique Argoualc’h présente le projet Nao et Louise aux côtés d’InMoov et de Nao bleu.

Comme la formule fonctionnait bien, Monique Argoualc’h a souhaité aller plus loin en intégrant un Nao au groupe. Ce petit humanoïde est produit par la société Aldebaran Robotics. Il n’est pas libre, ni même réellement open-source, ce n’est donc pas l’outil qui nous intéressera mais le projet local (qui sait, l’avenir fera peut-être qu’InMoov ou un congénère libre viendra se joindre à l’équipe brestoise…) Le Nao du DR a fait l’objet de réflexions et de développements de son code de la part des collégiens en coopération avec Télécom Bretagne. L’idée était de proposer une solution concrète d’aide aux pensionnaires de la résidence Louise Le Roux. Le projet « Nao et Louise » était né ! Après ce long travail collaboratif (les aînés y ont également participé), Nao s’est vu missionné pour devenir un robot relationnel. A partir de la photo d’un proche qu’il est capable de reconnaître grâce à un code QR, il propose d’envoyer un courriel dont le message tient compte du souhait de la personne. Exemple : « Pour envoyer un message d’urgence, touche mon bras droit. » Ce projet a une finalité vertueuse qui est de permettre à la technologie de venir en aide aux personnes âgées en gommant ses aspects fastidieux. Les robots humanoïdes ont probablement un certain potentiel en étant naturellement adaptable à un environnement quotidien (sans compter qu’il faut bien avouer que Nao est vraiment fun pour les petits, comme pour les grands). Et finalement, c’est peut-être tout autant le projet en lui même qui a des vertus en matière de lien social; son approche originale permet de provoquer des rencontres enrichissantes entre des ados et des ex-ados devenus étudiants, enseignants ou profitant d’une paisible retraite. Des rumeurs rapportent que les séances de travail autour de « Nao et Louise » ont assuré pas mal d’éclats de rires : mission accomplie !

Le poster réalisé par les étudiants de Télécom Bretagne : par là.

Le clip réalisé par les étudiants de Télécom Bretagne : par ici.

Et celui des élèves du Dispositif Relais : suivez-nous !

Pour suivre le projet : @Nao_Louise et ici aussi.

Un Nao pouvant en cacher un autre, Télécom Bretagne a présenté, au cours de la soirée, son projet d’intégration d’un compagnon humanoïde dans un domicile piloté par la domotique. Philippe Tanguy, qui travaille sur ces recherches, explique que Nao est l’un des moyens de faire opérer entre eux des appareils domotiques qui n’utilisent pas nécessairement le même protocole. Un chef d’orchestre en somme ! De plus, l’intérêt du petit humanoïde réside dans sa capacité à pouvoir facilement communiquer avec un autre appareil original : l’humain qui habite une maison intelligente. Le Nao orange venu pour l’apéro robot écoute, se connecte, allume, éteint, lance une série d’instructions, informe sur l’état des appareils,… et fascine les enfants (tâche pas nécessairement prévue pour la démo). Le robot Nao est également intégré dans plusieurs projets de recherche à Télécom Bretagne : en collaboration avec le DR Rive Droite (cf plus haut) et dans l’étude des interaction humains / systèmes et environnement virtuels. Ce dernier axe va notamment faire travailler ensemble des ingénieurs, des doctorants, des sociologues, de Télécom ou d’autres universités, avec pour finalité l’aide technique et sociale aux personnes handicapées, âgées ou simplement vulnérables.

WP_20151006_039

Pour la démo, Nao commande une bouilloire et une lampe, à Télécom il fait beaucoup plus.

Enfin, Mai Nguyen, chercheuse à Télécom Bretagne, nous a fait la surprise de venir avec un autre humanoïde. Elle travaille avec Poppy, une plate-forme robotique open-source (hardware et code) destinée à la recherche, à l’éducation et au domaine artistique. Le Flowers Lab de l’INRIA est à l’origine de ce projet très séduisant. L’humanoïde de 84 cm est conçu pour être imprimé en 3D. Au premier coup d’œil, vous remarquerez que le choix technologique identique à InMoov pour la structure du corps ne signifie pas une conception similaire. Si Mai a choisi Poppy pour ses travaux, c’est que son domaine de recherche concerne les algorithmes. Or, elle compte bien les mettre à profit pour rendre l’aide technique des robots plus adaptée à leurs futures missions d’assistance aux personnes (notamment les personnes âgées). Cela réclame des capacités de mouvement extrêmement fines, fiables et complexes de la part des humanoïdes. La stratégie de Mai Nguyen repose sur les capacités d’apprentissage qui doivent être développées et intégrées à Poppy.

WP_20151006_034 (2)

Bernt du TyFab semble très intéressé par Poppy (un maker est toujours curieux).

Les discussions robotiques se sont poursuivies dans la soirée. C’est souvent comme ça avec les apéros : ça ne commence jamais assez tôt et ça fini toujours trop tard (voilà comment cramer une tartiflette). Bref, un apéro peut en cacher un autre… à suivre !

Pour aller plus loin : émission Science Publique du 2 février 2015 (avec le robot Roméo)

Ce blog présente les projets, les activités et les actualités de l'association.
Pour consulter les projets et les travaux en détail, veuillez vous rendre sur le
Site WIKI.